Les préoccupations relatives à la protection de la vie privée entourant Facebook et d’autres réseaux sociaux ont amené la gestion de la réputation en ligne à l’avant-plan . Au-delà du réseautage social en ligne, la gestion complète de l’e-réputation et l’employabilité englobe une vaste gamme de technologies capables de maîtriser nos vies numériques. Revue de détails.

L’importance de l’e-réputation sur tous les plans

Des exemples de technologies émergent chaque jour la toile et se révèlent sous  la capacité des médias en ligne d’enregistrer et de diffuser chaque action et chaque erreur allant des photos peu flatteuses aux messages textuels scandaleux et en passant par les messages vocaux et les appels téléphoniques enregistrés. Tout cela se répand sur Internet telles des cendres numériques.

La leçon est claire et nette : maintenir sa présence en ligne est absolument essentiel au XXIe siècle pour des raisons juridiques, d’emploi et pour des raisons financières, sans parler de sa sécurité personnelle. Bien qu’un important travail de promotion soit en cours pour encourager les entreprises à protéger les données des utilisateurs privés 1, les bibliothèques s’orientent également vers l’intégration de la gestion de la réputation en ligne dans les activités de sensibilisation à la protection de la vie privée et les cours de culture numérique existants.

e-réputation
Gérer son e-réputation en ligne

La gestion de la réputation en ligne est de plus en plus essentielle pour tous les groupes d’âge, des collégiens (et même des plus jeunes)et même aux nouveaux retraités en ligne, mais surtout pour ceux qui sont à la recherche d’un emploi. Pour les étudiants universitaires, il faut très peu de temps pour développer leur savoir sur Internet, ce qui a le potentiel de façonner leur réputation en ligne pour les années à venir. Ainsi, ils trouveront facilement leur place dans la vie active.

La gestion de l’e-réputation et l’employabilité

Alors que les entreprises et les politiciens se préoccupent de la gestion de leur e-réputation depuis un certain temps, une petite industrie est maintenant en pleine croissance pour aider les individus à gérer leur présence en ligne et bien marier e-réputation et employabilité. Ces entreprises peuvent être engagées pour aider les particuliers à localiser et à supprimer les contenus problématiques sur Internet. Elles proposent en même temps de rechercher des informations sur vous ou sur votre famille, de détruire « les informations inexactes, inappropriées, blessantes et diffamatoires » et de « contrôler la façon dont les autres pourraient vous percevoir sur Internet ».

La stratégie de marketing « rechercher, détruire, contrôler » oriente la gestion de la réputation en ligne vers une guerre de l’information. Heureusement, une bataille sur la confidentialité des données est déjà en cours.

Si vous comptez rendre manifeste vos qualités sur la toile, et trouver facilement un emploi, vous pouvez vous tourner vers ce genre d’entreprise spécialisée en la matière. Avec un petit budget, vous pouvez tout de même gérer vous-même votre réputation en créant des contenus positifs, en créant votre propre blog où vous appelez à l’action vos fans afin qu’ils puissent commenter ici et là de belles choses à votre sujet, et au sujet de votre blog. Générez des trafics depuis les blogs d’autrui en y commentant, ou répondez à des forums histoire d’aider les autres… C’est sûr qu’au fur à mesure, vous finirez par bâtir une bonne réputation sur vous-même ! Votre site sera comme la preuve concrète de votre sérieux, donc à créer et à modérer avec soin !

Etude menée sur l’e-réputation et l’employabilité

En 2009, Microsoft a réalisé une étude pour examiner les attitudes à l’égard de la confidentialité des données et a découvert que 79 % des recruteurs en ressources humaines déclarent faire des recherches sur le comportement des candidats pendant le processus de recrutement.

Les recruteurs recherchent non seulement des informations sur Google, mais aussi, ils font des recherches sur des sites et sur les réseaux  sociaux comme Facebook. Environ un tiers des recruteurs interrogés ont fait des recherches de candidats via des forums en ligne ou des sites web. Microsoft a constaté que les consommateurs sont moins susceptibles que les recruteurs en ressources humaines de croire qu’une telle recherche est justifiée. Les personnes âgées de 18 à 24 ans sont plus susceptibles de croire qu’il n’est pas approprié de faire des recherches sur les comptes sociaux des candidats à des fins d’embauche.  Pour le groupe d’âge qui est le plus susceptible d’avoir une solide e-réputation, en plus d’être sans doute le plus à la merci des recruteurs, ce genre de pensée leur paraît naïf.

Toutefois, une étude menée par l’Université de Californie-Berkeley et l’Université de Pennsylvanie et publiée en 2010 a révélé que les jeunes sont tout aussi susceptibles que les adultes plus âgés d’exprimer des préoccupations au sujet de la protection de la vie privée. Les auteurs concluent que même si les jeunes de 18 à 24 ans sont préoccupés par la protection de la vie privée en ligne, l’environnement commercial actuel et d’autres facteurs encouragent parfois les jeunes adultes à divulguer des données personnelles afin de profiter de l’inclusion sociale. Même s’ils adoptent des normes plus conservatrices dans certaines circonstances le partage d’informations personnelles reste essentiel pour l’employabilité et la visibilité sur la toile.

Les résultats d’étude indiquent que les jeunes peuvent aspirer à une protection complète de la vie privée en ligne et sont donc moins tolérants à l’égard des tactiques de recherche utilisées par les entreprises pour dénicher et évaluer leur identité en ligne.

Gestion de l’e-réputation et l’employabilité

Au fur et à mesure que la sensibilisation aux questions de protection de la vie privée augmentera, de nouvelles technologies apparaîtront pour répondre aux préoccupations des utilisateurs. Des chercheurs de l’Université de Washington travaillent sur un projet appelé Vanish qui  » veillerait à ce que toutes les copies de certaines données deviennent illisibles après un délai spécifié par l’utilisateur, sans aucune action spécifique de la part d’un utilisateur, sans devoir faire confiance à un seul tiers pour effectuer la suppression, et même si un attaquant obtient une copie en cache de ces données et les clés et mots de passe cryptographiques de l’utilisateur. »L’idée des « dates d’expiration » numériques pourrait bientôt s’appliquer à d’autres applications, y compris les réseaux sociaux, et les développements dans ce domaine auront de vastes répercussions sur des questions allant de la vie privée en ligne à la propriété intellectuelle.

E-réputation
Prendre soin de son site pour sa réputation

Le projet est conceptualisé comme un réseau social  » conscient de la protection de la vie privée  » ; bien que les détails des contrôles de protection de la vie privée n’aient pas encore été pleinement définis, je soupçonne que de nombreuses nouvelles technologies à code source libre seront publiées dans un proche avenir pour répondre à la demande des utilisateurs en matière de protection de la vie privée.

L’évolution de la gestion de la réputation en ligne évolue rapidement, mais la sensibilisation et l’innovation accrues devraient être accueillies comme une occasion pour les bibliothécaires de s’attaquer directement aux questions de protection de la vie privée qui toucheront nos clients et notre culture en ligne dans l’avenir.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *